2014-05-22
La rencontre d'un artiste et d'une légende le 22 juin 2014 à 16h Hippodrome de Vincennes

La rencontre d'un artiste et d'une légende « Passionné de cheval, cavalier assidu en dressage et en voltige, j’ai toujours été impressionné par la force, la puissance, la fragilité et les réactions inattendues du cheval… Le cheval fait partie de ma vie. Je ne peux plus m’en passer, artistiquement comme physiquement. J’ai découvert la passion qui unit l’homme au cheval, cette relation quasi fusionnelle. Les univers équestres ont beau être extrêmement variés, il y a toujours ce point commun et central, cette écoute, cette notion de couple. Rendre hommage au cheval, c’est aussi sublimer l’homme… » Il ne faut pas aller très loin pour voir exploser cette passion de l’artiste pour le cheval ; l’atelier Kasper nous plonge dans l’univers équestre dans toutes ses dimensions. La licorne haute de ses 2m20 nous accueille, des peintures noires et rouges dévoilent des personnages mi-homme mi-cheval, des sculptures monumentales nous imposent le respect, des trophées rappellent l’excitation des courses, des bronzes dévoilent la précision de l’exercice… La passion de Kasper est sans brides et son œil expert ne s’orne pas d’œillères… Après des années de passion, Kasper attendait l’œuvre qui allait être l’aboutissement de toute une quête, d’un travail d’observation et de recherche mené sur de nombreuses années ; une œuvre dans laquelle il pourra se réaliser et redonner enfin tout ce qui l’a fait grandir… Le début d’une relation Des bruits courent ; on entend parler d'un monument à l'hommage d'Ourasi. Ce cheval vient de mourir le 30 janvier 2013. La triste nouvelle ravive les mémoires et bouleverse le monde du trot. L’artiste est prêt… Cheval de légende, Ourasi vit dans la mémoire populaire et occupe aujourd'hui aux yeux de beaucoup, la place de cheval du siècle. Sa carrière prodigieuse a soulevé les passions aux quatre coins du monde, laissant dans la mémoire d'inoubliables images et dans les cœurs, l'emprunte d'une passion jamais éprouvée, jamais éteinte. Ourasi, au palmarès inégalable a pulvérisé tous les records, renversé les barrières. 86 courses, 58 victoires et 22 places. Records de vitesse, de victoires successives, de sommes gagnées. Il a marqué à jamais les esprits en créant l’exploit dans le monde équestre : quatre victoires dans la course mythique du trot : le Prix d'Amérique ! L’évidence est là ; le couple entre Ourasi et Kasper vient de naître… Un signe avant-coureur : l’artiste avait créé le trophée du Prix de l’Amérique en 2007… L’artiste participe au concours, se met la pression tout seul. Il n’y a qu’une seule issue possible… mais sera-t-il à la hauteur de l’aventure ? Les concepts « Les concepts se bousculent dans ma tête. Je ne pense plus qu’à la façon de mettre mon savoir-faire artistique et technique au service de l’œuvre. J’imagine une œuvre qui rend hommage à la légende, je souhaite mettre en avant son caractère à la fois dominant, fier, sûr de lui, noble, altier. Je veux que ce monument devienne une référence dans le monde de la sculpture équestre ; qu’elle soit à la fois novatrice, classique et contemporaine. » L’artiste travaille d’instinct, rapidement et … au dernier moment pour avoir une concentration optimum. Symbole des courses de Trot, ce cheval se démarque par son caractère combatif, assorti d'un physique hors du commun et porté par une énergie sans cesse renouvelée. Ce cheval exceptionnel, surnommé « le roi fainéant », se livrait essentiellement en course. L’artiste fait, contre toute attente, le pari de le représenter dans une position statique de vainqueur, droit et debout, pour rendre d’abord hommage à ce qu’il était plutôt qu’à ce qu’il faisait. « J’ai voulu le représenter à la fin de sa dernière victoire du Prix d'Amérique à l’apogée de sa maturité. Il est majestueux. Il n'a plus rien à prouver. J’esquisse des croquis et très vite je le dessine en position naturelle tel un seigneur qui nous domine et qui n’a jamais été monté. J'ai envie d'être généreux et j'imagine spontanément un grand socle qui mettra en valeur sa stature : Ourasi se tiendra sur une pyramide tronquée à la symbolique forte. Chez les Égyptiens, la pyramide est le lieu sacré où l'Homme passe de la vie à la mort et symbolise son ascension du monde terrestre vers le monde céleste. Ourasi représente le sommet, le point ultime. Il semble nous dominer du haut de ses un mètre soixante-cinq au garrot, tel un Seigneur, tel un Dieu ! Outre l’effet artistique et symbolique, cette pyramide via sa forme en bizeau pyramidal est aussi un ingénieux moyen de rappeler très lisiblement à la mémoire des spectateurs les 58 victoires d’Ourasi ainsi que leurs lieux. Les amateurs seront émus de redécouvrir ce palmarès incroyable, souvenir d’une époque glorieuse. Le socle sera réalisé en pierre, piédestal architectural révolutionnaire qui donnera de la grandeur et mettra en valeur la sculpture. Une rampe d’accès amovible permettra aussi à l’organisateur d’événements prestigieux d’offrir aux invités la possibilité d’accéder au sommet de la pyramide et d’être ainsi pris en photo avec le champion. Comme il me manquait un mouvement, j’ai ensuite l'idée de créer un bas-relief sur le devant du monument tel un épitaphe qui rappellera le trotteur exceptionnel qu’il était. Je le conçois comme une sorte d’image instantanée de la course représentant Ourasi avec un sulky et son driver, une façon de rendre aussi hommage aux hommes et aux femmes qui ont accompagné ce cheval hors du commun. » L’artiste a bien compris que les professionnels des courses en général, et du trot en particulier, sont à leur façon aussi des artistes qui consacrent leur vie à leur métier et à leur passion. « Les entraîneurs et les drivers/jockeys m’inspirent énormément de respect. Ils cherchent à transmettre au cheval leur envie de gagner, de se sublimer… ». Les concepts sont arrêtés ; le visiteur découvrira d’abord toute la force et l’élégance du cheval puis se souviendra du trotteur, de son palmarès et des Hommes… Préparation de la maquette L’artiste décide de réaliser sa plus belle maquette, une maquette hyper réaliste à l'échelle 1/5, pour illustrer son projet. Le premier défi fût alors de retrouver la personnalité d'Ourasi. Un travail, qui réunit connaissances morphologiques et sens du détail, est alors entamé et pour ce faire, Kasper réalise une étude morpho-psychologique du champion. « Etant moi-même cavalier et montant a minima deux fois par semaine, je remarque une trotteuse aux dimensions similaires d'Ourasi me faire de l'œil. Je décide alors de m'en inspirer pour réaliser la maquette. Il s'agit de Kémia, une trotteuse âgée de 15 ans. Elle pose pour moi des heures durant, affichant une patience qui me laisse croire qu'elle savait qu’elle posait pour la postérité… » Le projet est terminé, la maquette est transmise au Cheval du Trot. L’artiste attend les résultats du concours et l’angoisse monte… Réalisation du monument Etape 1 : Le polystyrène Avant même de connaître les résultats, l’artiste se lance dans la réalisation du monument. Il choisit de réaliser un modèle à l'échelle réelle, légèrement agrandi de 5% pour mieux sublimer l’image de légende et répondre à la mémoire collective. Kasper utilise comme technique du polystyrène qu’il sculpte à la tronçonneuse. Commence alors un ballet entre l’artiste et son champion… Pour s'approcher le plus possible de la réalité et retraduire tous les détails de l'anatomie, Kasper tourne autour de son modèle, le bascule sur lui-même, se positionne au-dessus, s’allonge en dessous… Les résultats tombent, le projet de Kasper est retenu, le travail s’intensifie… « Retournant régulièrement au club hippique, je passais des heures à observer les chevaux dans leurs boxes, le cul dans la paille. Je décidai de revenir vers Kémia pour m'inspirer à nouveau à l'échelle 1 de ses membres. J'ai donc pris les jambes dégrossies de mon atelier que j'ai sculptées aux pieds de la jument. » Etape 2 : Le plâtre « Une fois la forme parfaitement dégrossie et affinée, je m’attèle à réaliser la peau de mon modèle car le polystyrène est une matière industrielle et granuleuse. Je prépare donc un enduit en plâtre que j'étale sur mon modèle. J'attends qui sèche, le ponce et refais cette technique une dizaine de fois afin d'atteindre le résultat parfait. L'objectif est de réaliser une œuvre vivante et d'utiliser une matière subtile qui donne vie au modèle. Je m'attache aux détails, une peau vivante, des veines qui apparaissent et qui grossissent la peau ; un travail qui dure des heures ! J'essaye ainsi d'anticiper la réalisation en bronze qui est une matière qui peut être soit très vivante soit inerte. Il faut donc que le modèle soit travaillé avec beaucoup de subtilité. Un détail : l'œil ! Afin que le l'œil soit le plus réaliste possible, j'ai creusé une cavité pour y insérer le bloc oculaire comme si je travaillais à partir du crâne lui-même du cheval. J'ai utilisé une boule de Noel (!) et j'ai fait une empreinte dans l'argile pour faire un négatif dans lequel j'ai coulé un plâtre céramique extrêmement résistant. Entre l'os frontal et l'os zygomatique, j'ai inséré mes blocs oculaires dans le modèle et j'ai sculpté les muscles de la région sus-orbitaire de manière à donner vie à cet œil inerte. J'ai construit ensuite les paupières... et c’est ainsi que la légende a pris vie petit à petit dans mon humble atelier et l’émotion me gagna… » Kasper reçoit régulièrement la visite d'experts, soit des personnes qui ont connu Ourasi soit des professionnels du monde de l'élevage. C'est ainsi que Philippe Renouf, ancien lad d'Ourasi, se rendit deux fois dans l’atelier de l’artiste. Ce fût un moment privilégié pour échanger longuement sur la personnalité du champion et ainsi permettre à l’artiste de retraduire les traits sur son modèle. Etape 3 : Le moulage / démoulage Une fois les finitions achevées, le modèle est découpé en huit parties : la tête et l'encolure, l'avant main, l'arrière main, la queue et les quatre jambes pour être moulées dans l'atelier du mouleur. S'en suit un travail de précision où les éléments vont être moulés les uns après les autres selon une technique bien précise. Autour de chaque élément sont réalisées des portées en plastiline (surcouche sur chaque élément). Ensuite, on applique de l'élastomère sur les portées et les éléments pour réaliser l'empreinte du modèle puis on recouvre l'ensemble d'une chape en plâtre. On obtient ainsi la réalisation de deux moitiés de moule pour chaque élément. Etape 4 : La cire Les moules sont ensuite transmis à la fonderie pour réaliser les cires. La cire est faite en deux temps : tout d’abord, on réalise un estampage avec une cire noire très fine puis on applique une cire plus épaisse en coulée. Enfin, les éléments en cire sont démoulés puis retouchés par des mains expertes, sous l’œil attentif de Kasper. Etape 5 : La fonte Une fois retouchée, la cire est montée en grappe avant d'être disposée dans des cylindres en acier rempli de plâtre réfractaire. Les cylindres sont à leur tour placés dans des grandes étuves pendant une semaine, ce qui permet à la cire de fondre à 750° d’où le terme "fonte à cire perdue". Ensuite, les cylindres sont disposés dans des cavités à même le sol afin de recevoir le bronze en fusion. Pour ce faire, le métal sous forme de lingots est chauffé dans des creusets à haute température (1100°). Après refroidissement des cylindres, les éléments en bronze sont sortis des cylindres et nettoyés au carcher puis transportés dans l'atelier de ciselure. Ils sont tout d'abord ébarbés puis ciselés. Cette étape peut prendre plusieurs semaines. Les outils peuvent varier en fonction de la finesse des détails à ciseler. Il s’agit d’un véritable travail artisanal de précision sur lequel Kasper veille avec minutie. Les éléments sont ensuite assemblés, soudés et boulonnés. Le ciseleur reprend alors les soudures, une à une, afin de faire disparaître toute trace de montage. Etape 6 : La patine Vient ensuite l'étape de la patine ; le travail d'alchimiste par excellence ! Le principe de la patine est un vieillissement prématuré du métal par oxydation. L’artisan chauffe le modèle avec un chalumeau puis l’oxyde à chaud avec un liquide à base d’acides. La succession de couches d'oxydes acides attaque la pièce, obtenant ainsi des effets de transparence et des couleurs profondes. « Mes choix s’orientent vers une patine ‘un brun foncé’ qui se rapproche le plus possible de la robe d’Ourasi tout en tenant compte de mon objectif de pérennité et des impacts du vieillissement. » L'œuvre est ensuite cirée et lustrée avant d'être livrée à son public. Etape 7 : Le transport Des professionnels spécialisés sont en charge du transport qui s’effectuera par grutage vu le poids important de l'œuvre (environ 600 kgs). Etape 8 : Le socle Le socle du monument est préalablement réalisé sur le site de l’hippodrome de Vincennes et sera constitué de béton armé et de pierres d'habillage découpées spécialement en carrière. La liste des 58 victoires est ensuite gravée en profondeur dans la pierre puis remplie d’une résine noire. Etape 9 : Le bas-relief Le bas-relief est une transposition de la photographie en volume n’excédant pas un centime d’épaisseur. La subtilité de l’exercice réside dans l’interprétation de la perspective ; trois plans sont ainsi réalisés : le cheval, le sulky et le driver se trouvent au premier plan, la barrière et la végétation au deuxième plan et le ciel au dernier plan. L’enjeu consiste donc à respecter les proportions des éléments ainsi que le dessin de l’enrênement. Du champion à la postérité Elu cheval du siècle, Ourasi a fait vibrer les foules et galvaniser les passionnés venus tu monde entier pendant plus de 10 ans. A leur tour, les hommes et les femmes ont voulu lui rendre hommage et se sont unis autour de Kasper pour ériger un monument à sa mémoire. Une page d’histoire se tourne mais la légende règnera pour toujours sur le temple du trot. Ourasi vous accueillera désormais avec fierté à Vincennes et veillera avec magnanimité sur les prochaines générations de champions.

2014-05-05
Ourasi le retour !

OURASI, LE RETOUR D'UNE ICÔNE À VINCENNES le 06/05/2014 Ourasi est sans doute le cheval le plus populaire, toutes disciplines confondues. Ce nom a marqué les esprits et est connu de tous. Il est le seul trotteur de l'histoire à avoir remporté le prestigieux Prix d'Amérique à quatre reprises. Le 22 juin prochain, à l'occasion du Grand Prix du Président de la République, sera dévoilée la statue de ce champion signée par le sculpteur Kasper. Les statues équestres célèbrent en général de grands hommes, mais cette œuvre-là honorera un cheval. Le plus grand des trotteurs de tous les temps dont le charisme et la popularité ont dépassé le monde des courses, le monde du cheval, même. Sa carrière, sa vie, ont tellement fasciné qu'Ourasi a été l'objet de nombreuses publications et émissions de télévision qui ont contribué à accroître sa notoriété. Au fil de ses victoires dans le Prix d'Amérique, le championnat du monde de trot attelé, en 1986, 1987, 1988 et 1990, les sorties d'Ourasi déchainaient les passions. Ses apparitions sur la piste de Paris-Vincennes enflammaient les tribunes toujours bondées ces jours-là. Le phénomène s'est prolongé au delà de sa carrière, jusqu'à sa disparition, le 12 janvier 2013 à l'âge de trente-deux ans. Durant sa retraite normande, jusqu'à deux mille fans du monde entier venaient chaque année rendre visite à Ourasi dans son haras normand. Un hommage populaire Ce cheval mythique méritait d'être immortalisé par une œuvre d'art qui trônera désormais dans le temple de ses exploits les plus marquants. Le sculpteur Kasper a laissé s'exprimer son esprit créatif et la sculpture qui sera inaugurée le 22 juin sera digne du "Cheval du siècle". Cette journée sera festive et populaire à l'image du crack. Autour du Grand Prix du Président de la République, une course de Groupe I qui oppose les meilleurs quatre ans de l'année, seront proposées différentes animations pour que les fans d'Ourasi puissent partager cet événement en famille parmi des invités de marque. À cette occasion, l'hippodrome de Paris-Vincennes deviendra une terre de cheval, un village où petits et grands pourront découvrir cet animal fascinant et son univers. Baptêmes de poneys et d'ânes, ateliers de nattage et pansage, découverte des chevaux de Trait seront proposés. Les enfants pourront même expérimenter les sensations du driver et vivre le frisson du sulky derrière un poney. Le 22 mai, un mois exactement avant cette inauguration, sera lancé sur internet le site "Ourasi, une icône de retour à Vincennes". Les fans pourront suivre l'évolution de la statue, retrouver l'univers d'Ourasi, lui écrire des messages d'affection, découvrir son histoire et plus de détails sur la journée du 22 juin.

2014-01-01
Hommage au Cheval

Kasper, artiste habité par une passion qui en fait le renom et dont le talent nous a ensorcelés. « Etre Artiste est un engagement. J’y mets mes “tripes”, mon énergie, ma foi. » Sculpteur-peintre français, né à Paris en 1962, Kasper est un artiste animé par son art et hanté par un besoin irrépressible de sculpter. Pour lui, c’est tout l’art d’exister. La sculpture l’a choisi et il le lui rend bien puisqu’il lui dédie toute sa vie au quotidien porté par un besoin viscéral de renouvellement structurant. Evoquer Kasper c’est rendre hommage aux multiples visages du talent que ce sculpteur aux mains d’argent façonne comme personne. C’est la peinture qui a tout d’abord attiré cet Homme Poisson dans ses filets mais la sculpture l’en détourne tel le chant irrésistible d’une sirène pour le faire sienne de façon irréversible. C’est dans l’atelier d’expression libre de peinture de l’Académie du Jeudi, dirigé par Arno Stern, que commence à s’écrire son histoire avec l’art de 1970 à 1975. Il rajoute une corde à son arc en suivant la formation à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et Métiers d’Art (ENSAMMA) jusqu’en 1984. Mais c’est entre 1996 et 1999 que son attrait pour la sculpture se démarque lorsqu’il intègre les Ateliers de la Glacière en section taille directe, (sculpture sur pierre). C’est sous le sceau du succès qu’en l’an 2000 il fait un coup double et marque un tournant décisif dans sa carrière avec « La Sentinelle » son tout premier monument et la première commande publique, « La Marche », une œuvre de 12,50 m de haut destinée à orner la ville de Montataire dans l’Oise. L’art monumental ne représente qu’une infime facette de la palette des savoir-faire de cet artiste aux doigts en or est mais l’intérêt qu’on lui porte redouble et devient alors colossal. Kasper a l’art et la manière de créer des univers où se mêlent et s’entremêlent mythologie, littérature et la beauté du corps humain ou animal… chevalin et marin si chers à con cœur. La fascination qu’il voue au personnage Bartabas pour le dressage de son cheval au port de tête royal est sans nom mais certaines de ses œuvres, elles, prendront le visage d’une dédicace à ce partenaire et complice Zingaro afin de lui rendre hommage. Sa passion est sans brides et celle qui l’anime pour Ourasi est légendaire. Ceux qui marchent dans ses pas et ont l’étoffe d’un roi dans le monde hippique, Ready Cash, Royal Dream auront leur réplique dans l’univers de Kasper dont l’œil d’expert ne s’orne pas d’œillères ! Ses œuvres se parent tant de certains attraits classiques et modernes de l’art sans pour autant se soumettre aux lois de l’un ou de l’autre, ce qui en fait un artiste à part. C’est la « patte » Kasper qui fait qu’entre tous on le repère. Ses œuvres recèlent des valeurs universelles qui l’inspirent et s’exportent à l’étranger vers des pays comme la Chine, les États Unis, le Moyen-Orient… La France le met à l’honneur à ses heures lors d’expositions temporaires ou collections pour faire le bonheur des aficionados. Kasper trace son chemin et se construit à travers « son » œuvre comme pour se faire le témoin de son temps et marquer les esprits intemporellement. Plus qu’une incitation à prendre le large, s’immerger dans l’univers de Kasper c’est une invitation au voyage vers l'océan de nos peut-être : l’horizon de tous nos possibles… Magali Delmas Principaux Monuments en France : 2000 La Marche - Ville de Montataire. 2007 Victor Hugo - Ville de Courbevoie. 2007 La laie et ses marcassins – Ville de Montereau-Fault-Yonne 2008 Sun & Bios - Ville de Sarrebourg. 2011 Le Cheval des Lumières - Ville d’Asnières. 2013 L'Homme-Poisson - Ville de Sarralbe. Trophées et Prix réalisés : Trophées "Triple Couronne" 2013 et 2014 Prix de littérature politique Edgar Faure (2010, 2011, 2012, 2013). Prix d'Amérique Marionnaud 2007 - Vincennes. Trophée Cheval Arabe - Pompadour 2003. Trophées EPONA - Cabourg (2007, 2008, 2009, 2010, 2012, 2013). Trophée Espoir "Sep'Art" UNISEP 2008 - Paris. Trophée Gucci Masters 2010. Trophée KASPER S.E.P - Paris (2010, 2011, 2012, 2013). Prix CatalPa (2012, 2013) - Paris. Kasper, la passion viscérale du cheval « J’ai toujours été impressionné par la force, la puissance, la fragilité et les réactions inattendues du cheval. Aujourd’hui, le cheval fait partie de ma vie! Je le côtoie parfois au quotidien, artistiquement à travers mon art ou physiquement en pratiquant l'équitation en amateur. Les entraîneurs et les drivers m’inspirent énormément de respect. Ils cherchent à transmettre au cheval leur envie de gagner, de se sublimer. Ils ne font plus qu’un avec leur cheval. Rendre hommage au cheval c’est aussi sublimer l’homme…